• Premiers cols en Lozère

    Mercredi 13 juin.

    Hier le temps ne pas permis de sortir et la météo prévoit un temps couvert pour ce matin, mais sans pluie. A 6h je suis réveillé, le temps me semble très clair, un coup d’œil dehors, et là, surprise ! Le ciel est totalement dégagé ! Je n'hésite pas, direction la salle de bain. Je me rase et fais ma toilette. Je prends un bon petit déjeuner avant de m'habiller et finir de préparer mon vélo. A sept heures je pars, Marie Jo qui s'est levé en même temps que moi filme mon départ.

    Il fait très frais et je j'ai une longue distance à faire en descente, environ 13km, heureusement entrecoupée de deux petites montées qui vont me permettre de me réchauffer un peu.

    Le jour se lève sur les monts d'Aubrac, c'est un spectacle merveilleux qui me fait oublier cette fraîcheur matinale. Mon prochain investissement sera une paire de jambières car je n’ai pris pour ces vacances que mon cuissard.

    Mercredi 13 juin.

    Hier le temps ne pas permis de sortir et la météo prévoit un temps couvert pour ce matin, mais sans pluie. A 6h je suis réveillé, le temps me semble très clair, un coup d’œil dehors, et là, surprise ! Le ciel est totalement dégagé ! Je n'hésite pas, direction la salle de bain. Je me rase et fais ma toilette. Je prends un bon petit déjeuner avant de m'habiller et finir de préparer mon vélo. A sept heures je pars, Marie Jo qui s'est levé en même temps que moi filme mon départ.

    Il fait très frais et je j'ai une longue distance à faire en descente, environ 13km, heureusement entrecoupée de deux petites montées qui vont me permettre de me réchauffer un peu.

    Le jour se lève sur les monts d'Aubrac, c'est un spectacle merveilleux qui me fait oublier cette fraîcheur matinale. Mon prochain investissement sera une paire de jambières car je n’ai pris pour ces vacances que mon cuissard.

     

    Je traverse le village de Saint-Pierre de Nogaret encore endormi.

    J'arrive enfin dans la vallée du Lot, j'ai 4km à faire sur une route pratiquement plate pour m'échauffer avant d'attaquer mon premier col de la matinée.

    Me voici enfin au pied des cols que j'ai prévu de monter ce matin, une chance il sont ouverts, heureusement car je n'ai qu'une seule chaîne à mon vélo . Je suis à 527m d'altitude.

    Un coup de fil à Marie Jo et c'est parti. D'entrée de jeu, le ton est donné, ça monte entre 6 et 8% sur les quatre premiers kilomètres. Je suis sur le 38 devant et le 23 derrière, mais je sens que ce n'est pas la le braquet à utiliser pour une montée aussi longue, surtout si le pourcentage doit rester dans ces valeurs. Je passe donc le 30 et le 20, l'écart n'est pas énorme mais les jambes tournent beaucoup mieux. Je m'arrête à l'entrée de Saint-Germain du Teil pour enlever ma veste de pluie, mon sous casque et mes gants longs que j'avais pris pour me protéger du froid dans la descente vers la vallée.

    Je me ravitaille aussi et repars pour traverser le village, à la sortie de celui-ci je tourne à droite pour continuer sur la D52 en direction du col du Trébatut.

    Il fait encore bien frais, je décide de mettre mon gilet sans manches pour me protéger. La pente s'adoucit un peu, elle oscille maintenant entre 4 et 5%. Mise à part quelques petites poussées entre 6 et 8%, la montée sera régulière jusqu'au col. Le paysage des monts d'Aubrac est magnifique, j'aperçois plusieurs villages au loin tandis que je traverse les prés où paîssent les vaches de l’Aubrac. Puis tout d'un coup ça change, je me retrouve dans la forêt de sapins. Je roule à l'ombre, mais sans vent. Au bout de quelques kilomètres j’émerge de la forêt et je découvre cette dernière, accrochée aux flans des monts d'Aubrac. Je viens de passer les 1000m.

    Je croise la première voiture depuis que j'ai quitté St-Germain, quel plaisir que d'avoir la route uniquement pour soi. Encore quelques efforts et me voici arrivé à mon premier objectif, le Col de Trébatut, altitude 1100m et 10km d’ascension. J'ai pratiquement tout fait avec le couple 30x20 entre 12 et 14km/h. Cela m'a permis de ne pas me mettre dans le rouge et de profiter pleinement de cette ascension en y prenant beaucoup de plaisir.

    Je redescends sur environ 1km avant de me lancer dans les 5km qui me mèneront au second col, celui de Bonnecombe.

    Une stèle en hommage à des soldats du feu.

     Je passe auprès du village Les Salces, situé sur les contreforts de l'Aubrac.

    Les derniers kilomètres s'annoncent durs, je ne suis plus abrité et un fort vent de nord-ouest me fait face. C'est dur, mais quel plaisir que de profiter de cette belle montée dans un paysage sauvage.

    Je retrouve la forêt et un abri pour le dernier kilomètre, un peu de répit avant le final. J'arrive enfin au sommet, à 1350m, une première, je ne suis jamais monté aussi haut à vélo.

    J'immortalise ce moment magique. Je suis sur le plateau de l'Aubrac et le vent souffle avec force. Je passe un coup de fil à Marie Jo et je dois me tourner pour m'abriter du vent afin qu'elle m'entende correctement.

     Je suis sur un petit nuage, ces deux ascensions m'ont comblé, c'est quelque chose que je ne peux décrire avec des mots tellement c'est fort.

    Voici le profil de ces deux cols qui s'enchainent l'un à la suite de l'autre.

    Premiers cols

    Je repars, je prends au passage une photo de la stèle dédiée à ces cinq ouvriers allemands de l'usine de Saint-Chély qui prirent le maquis en 1943 et que les maquisards cacheront dans un abri de bûcherons à Bonnecombe.

    Je redescends vers Les Hermaux, traversant les vastes étendues de l'Aubrac.

    La descente ver les Hermaux est raide, 8, puis 10, 11, 12 et 15 %, j'ai les mains crispées sur les freins, je ne veux pas prendre de la vitesse car la route est très sinueuse et en mauvaise état.

    J'arrive en bas de Montfalgoux, il me reste une dernière ascension à effectuer, car cette fois ci encore je ne m'arrête pas de suite au gîte, je vais prolonger jusqu'à Plagnes, ce qui me fera encore une belle montée avec 360m de D+. Il n'y a pas, j'y prends goût !!

    A la ferme de Plagnes je fais demi-tour, dans la descente je m'arrête à la cascade pour y faire une photo

    Pas beaucoup de kilomètres ce matin non plus, mais la satisfaction d'avoir fait une belle sortie, un peu plus de 60km, 1320m de D+.

    Vélotrainer

    « Premier contact avec les routes de la LozèreDeux BPF et BCN dans le Cantal et la Lozère »

    Tags Tags : , , , ,