• Premier contact avec les routes de la Lozère

      Lundi 11 juin

    Depuis notre arrivée je n'ai pas encore eu l'occasion de sortir, j'ai juste fait une petite reconnaissance de la montée vers Plagnes en arrivant le samedi. Dimanche le temps était brumeux et humide, et ce lundi matin il pleuvait. Je me voyais encore coincé au gîte ! Pourtant il faudrait que je fasse au moins un petit tour d'une trentaine de bornes pour voir comment mon organisme réagit à l'altitude.

    Vers 9h30 le ciel semble s'éclaircir, tant-pis, même si je dois me  me mouiller un peu, c'est décidé, j'y vais. A 10h je suis sur le vélo. La route est mouillée et mon départ se fait en descente, j'y vais prudemment, d'autant que le vent de cette nuit a fait tomber beaucoup de feuilles et de morceaux de branches sur la chaussée. Il fait frais, et durant 3km500 je ne peux donner le moindre coup de pédales pour me chauffer les jambes.

     

    J'attaque donc la première bosse à froid, heureusement le pourcentage n'est pas trop fort, entre 4 et 6%, elle fait un peu plus de 2km.

    Une descente d'un peu moins de 2km et c'est à nouveau une nouvelle bosse. Identique à la première, elle me mène au village Les Hermaux. Ce village très ancien est bâti sur les contreforts sud de l'Aubrac.

    Je me dirige maintenant vers St-Germain du Teil, après avoir reçu deux averses avant d'arriver aux Hermaux, c'est maintenant le soleil qui m'accompagne dans cette descente de 6km où j'arrive au point le plus bas de mon circuit, 660m.

    Je découvre le hameau de Layrolle bâti à flan de coteau, la petite route qui y mène est qui doit me conduire à St-Pierre de Nogaret est signalée comme étant difficile et dangereuse. Pourtant le revêtement est correct. Je m'y risque quand même et ne tarde pas à en connaître la raison, des travaux qui viennent de se terminer ont eu pour but d'améliorer la route au niveau du pont qui enjambe le Doulou. Le point bas se trouve justement être ce pont, à partir d'ici c'est une longue ascension qui m'attend !! Je suis au km 16 de cette boucle. Mais tout d'abord il me faut faire un arrêt trois cents mètres plus loin afin de voir de plus près le hameau de Layrolle.

    Je redémarre en direction de St-Pierre de Nogaret. Un peu avant le village je suis témoin d'une scène pour le moins cocasse, un veau qui est sorti de son pré broute en bordure de la route, une voiture arrive en face de moi, il se trouve surpris, fait demi-tour quand cette dernière se trouve à sa hauteur et s'enfuit en courant devant moi. Arrivé à la hauteur de l'entrée du pré, il s'arrête, marque un moment d'hésitation, et voyant que je me dirige vers lui, bondit entre les fils de fer barbelés pour rejoindre ses congénères.

    J'arrive à Saint-Pierre de Nogaret, direction Trélans. Après les 5 à 7% depuis le pont du Doulou, la pente faiblit un peu pendant 2km il y a même une courte descente avant que le pourcentage ne remonte pour osciller pendant près de 3km entre 6 et 9%. A la hauteur de Trélans, un peu de répit, 800m en descente avant de prendre la route qui mène à Montfalgoux où se trouve notre gîte, 4 à 5% jusque là, ensuite je poursuis jusqu'à Plagnes, le pourcentage est identique, mais dans les trois derniers kilomètres cela devient plus chaotique, je passe toutes les valeurs en revue, de 1 à 9%.

    J'arrive enfin à Plagnes, altitude 1200m, c'est le bout de la route, les derniers pourcentages tournaient entre 7 et 9%. Cela me change un peu de la Gironde, pour la distance aussi, car depuis le pont près de Layrolle, j'ai parcouru un peu plus de quatorze kilomètres d'ascension, entre coupés de quelques descentes bien-sûr, mais ce sont des valeurs dont je n'ai pas l'habitude. Un coup de fil à Marie Jo et je redescends à Montfalgoux.

    Je n'ai fait que 33km, mais avec un dénivelé de 807m, il me faut au moins le triple en distance pour arriver à cette valeur chez moi.

    Pourcentage moyen 5%, maxi 9%.

    Vélotrainer

    « Mon premier BRM300Premiers cols en Lozère »

    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    1
    RORO DE LEO
    Lundi 2 Juillet 2012 à 22:21

    Je comprend que la montagne te gagne, et tu as bien raison. Le nombre de km ne se compare pas comme en plaine mais plus le nombre d'heures de selle. Ton récit nous prépare, car nous partons en fin de mois en Lozère, mais un plus à l'ouest, Meyrueis pour apprécier la nature vraie. Continuez à bien profiter de ces moments. A bientôt pour le plaisr de rouler ensemble, si tu m'attends. Toujours les sorties du samedi avec toujours du monde dans tous les groupes.


     

    2
    Mardi 3 Juillet 2012 à 22:50

    Merci JP .

    Les vrais dénivelés, ça change, mais c'est dur, je ne sais pas si je suis d'attaque pour les cols de l'Ariège . J'ai surement des progrès à faire dans ce domaine.

    Prochain article demain, ce soir je n'ai pas eu le temps, nous sommes sortis avec madame après mon boulot, une quarantaine de kilomètres sur du plat avant de nous mettre devant la télé pour apprendre à mieux connaitre l'histoire du roi soleil.

     

    3
    Mardi 3 Juillet 2012 à 22:57

    Salut Roland.

    En effet, difficile de faire une comparaison entre une sortie chez nous et en moyenne montagne, il ne faut pas regarder la montre trop souvent, sinon on a l'impression de faire du sur place .

    Le samedi matin je suis pris en général, c'est notre jour de marché et nous allons en profiter pour nous concocter quelques sorties dans le coin avec Marie Jo.

    Bonnes vacances à vous deux pour le cas où l'on ne se reverrait quand septembre.

    4
    Mercredi 4 Juillet 2012 à 20:46

    Salut JP, la reprise c'est bien passé et j'ai bien reçu tes mails et tes images, merci.

    Il est certain que le plat ne favorise pas l'entrainement pour les cols, mais heureusement nous avons tout de même quelques bonnes petites bosses pour nous faire les mollets .

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :