• Mon premier BRM300

    J'ai pris cette décision après avoir réussi mon premier brevet de 200km avec mon club. Bien sûr la distance est beaucoup plus importante et me fait un peu peur. Vais-je réussir à gérer la fatigue, le temps, c'est plein d'incertitudes que je me présente au départ de ce Brevet de Randonneurs Mondiaux organisé par les Randonneurs Autonomes Aquitains. Une autre motivation me pousse à tenter l'aventure, l'obtention de trois BPF et deux BCN, deux en Charente: Aubeterre-sur-Dronne, Villebois-Lavalette, un en Dordogne: Brantôme.

    Je me suis inscrit par courrier, cela afin de permettre aux organisateurs de prévoir les cartes de routes, les besoins en ravitaillement et de gagner un peu de temps lors de la présentation au point de départ. C'est à 5h15 que j'arrive au Haillan, le départ étant donné à 6h. Je fais connaissance de Maurice, le président du club des R.A.A ainsi que des participants à ce brevet au fur et à mesure de leur arrivée. Un café et des gâteaux nous sont proposés en attendant le départ. Je retire ma carte de pointage et le tracé du parcours, m'habille et prépare mon vélo.

    Mon premier BRM

     

    J'ai pris cette décision après avoir réussi mon premier brevet de 200km avec mon club. Bien sûr la distance est beaucoup plus importante et me fait un peu peur. Vais-je réussir à gérer la fatigue, le temps, c'est plein d'incertitudes que je me présente au départ de ce Brevet de Randonneurs Mondiaux organisé par les Randonneurs Autonomes Aquitains. Une autre motivation me pousse à tenter l'aventure, l'obtention de trois BPF et deux BCN, deux en Charente: Aubeterre-sur-Dronne, Villebois-Lavalette, un en Dordogne: Brantôme.

    Je me suis inscrit par courrier, cela afin de permettre aux organisateurs de prévoir les cartes de routes, les besoins en ravitaillement et de gagner un peu de temps lors de la présentation au point de départ. C'est à 5h15 que j'arrive au Haillan, le départ étant donné à 6h. Je fais connaissance de Maurice, le président du club des R.A.A ainsi que des participants à ce brevet au fur et à mesure de leur arrivée. Un café et des gâteaux nous sont proposés en attendant le départ. Je retire ma carte de pointage et le tracé du parcours, m'habille et prépare mon vélo.

     

    A 6h 05 nous partons, Maurice et trois autres membres du club attendent un retardataire. Nous empruntons la piste cyclable jusqu'au pont d'Aquitaine. Première ascension de la journée, environ 1,4 km à 6%, mais sans difficulté, le vent n'est pas présent ce matin.

    Mon premier BRM

    Nous passons Lormont, Carbon-Blanc, Saint-Vincent de Paul où nous traversons la Dordogne sur le vieux pont Eiffel pour rejoindre St-André de Cubzac et faire tamponner nos cartes de pointage chez un buraliste. Il est 7h18 et nous sommes au 29ème km.

    Nous sommes une quinzaine dans ce groupe, bien que je n'ai pas vraiment eu temps de compter tout le monde. Il y a notamment deux vélos couchés, c'est la première fois que j'ai l'occasion d'en voir en vrai. Nous repartons en direction de Guitres. L'allure est assez rapide, ce qui me fait me poser une question, pourrais-je suivre ce rythme pendant 300km? Certainement non. J'apprends d'ailleurs que certains ont décidé de se laisser décrocher pour poursuivre à leur rythme. A ce moment là nous sommes à moins de 10km de Guitres, je décide de suivre le groupe jusque là et de les prévenir que j'ai les laisser pour continuer tranquillement, au moins jusqu'au premier ravitaillement où je doit aussi faire tamponner mes premiers BPF et BCN de la journée.

    Dans Guitres, un petit incident m'oblige à les quitter de but en blanc, la fixation de ma lampe me paraît bizarre, je la décroche car j'ai peur qu'elle tombe, là une petite pièce tombe sur la chaussée, je m'arrête et étant à la queue du groupe personne ne s'en aperçoit malgré mon appel. Pas grave, je descends du vélo et rebrousse chemin à pied. Heureusement je retrouve rapidement la vis qui est tombée, la remets en place, ouvre ma sacoche de tige de selle pour prendre un tournevis et la resserre correctement. Je repars seul, mais cela ne gène pas, j'ai l'habitude de rouler en solo.

    Persuadé de connaître la route, je fais une erreur et rate la route de Coutras, je ne m'en apercevrais qu'après Laguirande, ce qui m'oblige à couper par des petites routes pour rejoindre la D674 avant La Roche-Chalais, rallongeant ainsi mon parcours d'une bonne quinzaine de kilomètres. A la Roche-Chalais je trouve sans peine la route de St-Aulaye, une véritable montagne russe, c'est tout droit, ça monte sur environ un kilomètre à 3/4% avant de descendre pour bien remettre ça encore et encore. Heureusement le vent n'est pas défavorable. Une déviation m'oblige à éviter le centre de St-Aulaye et à demander mon chemin à une dame faisant son jardin afin que prenne la D17, cette direction n'apparaissent pas sur les panneaux.

    Église romane Sainte-Eulalie du XIIe siècle

    Mon premier BRM

    La D17 est plus agréable, le type même de route de campagne que j'affectionne.

    Mon premier BRM

    Avec de beaux paysages, de ceux qui me font préférer la France aux destinations exotiques .

    Me voici enfin à Aubeterre-sur-Dronne, je roule depuis plus 50km en solo. Un ravitaillement y est prévue, mais à l'endroit indiqué, rien, je sens que je fais finir ce brevet tout seul . Il reste quand même du chemin, j'en suis à peine au premier tiers, mais je pense à Brigitte qui a l'habitude de faire de telles distances en solo, ça me redonne du courage. En attendant je dois faire tamponner mes cartes de BPF et BCN, je m'apprête à le faire dans la pharmacie en bordure de la route, mais j'ai envie d'une chocolatine.

    Ni une ni deux, je grimpe au village par la petite ruelle en face de moi, et quand je dis je grimpe, ce n'est pas un vain mot, je suis passé d'entrée sur le 30x28 et debout sur les pédales j'escalade, je risque un coup d’œil au compteur, 18%!!!! Le dernier virage me semble risqué, je préfère mettre pieds à terre plutôt que de tomber. C'est donc au côté de ma bicyclette que je fais les derniers mètres.

    Mon premier BRM

    Je repère une boulangerie sur la place du village encore calme, j'y prends ma chocolatine et fait apposer le précieux cachet sur mes cartes. Je passe un coup de fil à la maison, et la surprise, je des maillots des R.A.A. plein la place , bon j'exagère un peu, mais il sont quatre, Maurice le président, Guy, Jean-François et Jean-Marie, ils seront mes compagnons de route pour le reste de la journée . Les vélo couchés arrivent à leurs tours.

    Maurice passe un coup de fil pour savoir où se trouve la voiture avec le ravitaillement, elle est à une centaine de mètres plus loin que la pharmacie où je voulais faire tamponner mes cartes.

    Tout le monde étant passer faire tamponner ses BPF, nous descendons rejoindre notre restaurant ambulant.

    Mon premier BRM

    C'est le moment de reprendre des forces, le R.A.A. à fait les choses bien, salade de riz, tomates et thon, des rillettes, du jambon, du fromage, des fruits, des gâteaux, de l'eau pour remplir les bidons, du vin, du coca, bravo .

    Un des deux vélos couchés

    Mon premier BRM

    Prochaine étape, Villebois-Lavalette, de beaux paysages et des villages sympathiques avec de belles églises nous attendent le long de la route.

    L'église paroissiale Sainte-Anne, de style néo-roman à Laprade (17)

    Mon premier BRM

    L'église Notre-Dame à Gurat (17)

    Mon premier BRM

    La campagne Charentaise.

    Mon premier BRM

    Me voici avec enfin mon maillot du club, pour une première sortie avec, ce brevet était une belle occasion. Notez les lunettes coordonnées avec le maillot. Si la campagne Charentaise est belle, les routes elles ne sont pas d'un rendement exemplaire, sa secoue un peu, d'où ma mimique.

    Mon premier BRM

    Second BPF du jour, Villebois-Lavalette est un joli village perché sur une colline, dominant une vaste plaine ondulée et protégé par son imposant château médiéval. Nous voulons faire y faire tamponner nos cartes de BPF et celle de pointage, mais il n'ont pas de tampon au château, le propriétaire qui vient de terminer une visite nous indique la boulangerie près de la halle, au centre du bourg.

    Mon premier BRM

    Nous y descendons, c'est raide, un coup d’œil au compteur, 16%. Un éclair au café, un Oasis et deux coups de tampons et nous sommes prêt à repartir. Je reçois deux sms, se sont mon fils et ma fille qui m’envoient des messages d'encouragements. Un petit coup de fil à la maison et nous reprenons la route. Nous suivons toutes directions en prenant une descente dans le village bien plus raide que la première, 22%. Mais arrivé au pied du village, nous tournons un peu sans trouver la route que l'on doit prendre. Nous regagnons le centre, mais par une pente un peu moins raide, un petit 9%, là une dame nous indique qu'il nous faut remonter vers le château pour basculer de l'autre coté du village. Le coup d’œil au compteur de tout à l'heure va me servir, je passe directement sur le 30x28 et la bosse à 16% sans efforts conséquents.

    Mon premier BRM

    Nous prenons la D5 en direction de Rochebeaucourt-et-Argentine. A Edon nous nous arrêtons faire le plein de nos bidons dans le cimetière. Quand il n'y a rien d'autre sur la route, c'est un lieu où l'on est certain de pouvoir trouver de l'eau pour se ravitailler.

    Mon premier BRM

    Après Rochebeaucourt nous prenons la D979, une de ces routes en rouge sur la carte et que d'ordinaire je ne préfère pas emprunter. Mais surprise, il n'y a pas circulation, c'est très calme. Nous roulons à 30km/h sans effort, le vent ne nous est pas défavorable et le soleil daigne enfin nous faire l'honneur de sa présence, il nous avait délaissé lors de notre arrêt à Aubeterre. Chacun à notre tour nous prenons un relais sur un kilomètre environ, l'entente est excellente. Mais Jean-Marie commence à donner des signes de faiblesses, dés que la route s'élève un peu il décroche. Il n'a pas fait de 200km cette année et nous approchons des 160km, la distance lui manque. Alors la solidarité opère, on se relève, on l'attend, et dés qu'une bosse arrive, on baisse le tempo.

    Mon premier BRM

    Après un trentaine de kilomètres sur cette grosse départementale, nous arrivons à Brantôme, point de contrôle n°3 et une occasion de plus d'engranger un BPF et un BCN.

    Brantôme, la "Venise du Périgord", son Abbaye et son abbatiale  St-Pierre.

    Mon premier BRM

    Une occasion aussi de prendre un rafraichissement sur la terrasse ombragée d'un café, c'est ici que mes compagnons de routes ont fait tamponner leurs cartes, de mon coté je l'ai fait à l'office du tourisme, dans l'abbaye.

    Mon premier BRM

    Mon premier BRM

    Après cette agréable pause, nous reprenons la route vers Bourdeilles, où un second ravitaillement nous attends. La route qui nous y conduit suit la vallée de la Dronne dans un écrin de verdure. Elle est roulante et calme, un vrai plaisir malgré la chaleur.

    Mon premier BRM

    Nous voici à Bourdeilles, charmant village du Périgord, avec ses châteaux, ses magnifiques demeures anciennes, son pont coudé et la Dronne qui en font un lieu de découverte incontournable.

    Mon premier BRM

    Mon premier BRM

    Il fait chaud, même à l'ombre, tenue décontractée de rigueur pour Maurice .

    Mon premier BRM

    Même menu qu'à midi, normal, nous sommes dans le même resto . Je tiens d'ailleurs à remercier les deux bénévoles du R.A.A. qui ont tenu le stand ravitaillement tout au long de la journée, à Aubeterre d'abord, puis à Bourdeilles, tout y était parfait, merci encore .

    Toutes bonnes choses ayant une fin, il nous faut repartir.

    Mais Jean-Marie qui semble apprécier le coin, normal il est de la région, décide de crever pour profiter un peu plus de ce lieu idyllique. Encore une fois toute le monde met la main à la patte pour l'aider à réparer. Pour moi ce sera par appareil photo interposé.

    Mon premier BRM

    Point de contrôle suivant, Tocane-Saint-Apre, nous faisons tamponner nos cartes de pointage dans une boulangerie où nous prenons en commun un grande bouteille de coca.

    J'ai repéré en passant une belle église avec un superbe porche, je ne peux rater ça, je m'y avance le temps que mes camarades terminent la bouteille.

    Église Notre-Dame de la Nativité

    Mon premier BRM

    Mon premier BRM

    Il est 16h35 et il nous reste environ 130km à parcourir pour en terminer de ce brevet, il ne va pas falloir trainer si l'on veut rentrer avant la nuit, mais c'est jouable.

    A la sortie de Ribérac nous gravissons deux belles bosses entrecoupés par une courte descente, elles font chacune au alentour de 2km avec un pourcentage de 4/5%. Je monte relativement petit, 38x23, en douceur, ce qui me fait apprécier ces instants car je ne m’essouffle pas.

    Nous descendons ensuite sur Vanxains et son église fortifiée des XII et XVIè s.

    Mon premier BRM

    Notre arrêt sera assez long car un des participants est mal à Tocane, Maurice doit prendre contacte avec lui pour la conduite à tenir.

    Nous reprenons la route vers Montpon, mais notre moyenne baisse, car Maurice reçoit coup de téléphone auxquels il doit répondre impérativement.

    A Jemaye, Jean-Marie fait un arrêt au cimetière pour prendre de l'eau, Maurice l'attends. Nous sommes devant avec Guy et Jean-François, nous roulons quand même, car je propose que nous fassions la même chose à Echourgnac.

    Mon premier BRM

    Le cimetière est retiré de la route, mais il faut nous ravitailler et nous rafraichir. En regagnant la route nous demandons à deux personnes si ils n'ont pas vu deux cyclos passer. "Ils sont passé il y a quelques minutes". Le souci c'est qu'ils doivent nous croire devant eux, alors que nous sommes derrière . Je décide de me mettre ne chasse pour les rejoindre, il me faudra 5km en roulant entre 35 et 40km/h pour faire la jonction à l'entrée de Saint-Barthélémy-de-Bellegarde. Guy et Jean-François ne sont pas loin derrière et le groupe se reforme.

    Nous rencontrons Alain qui est arrêté à l'ombre sur un petit chemin, il a eu un problème cardiaque, c'est l'abandon pour lui, Maurice contacte la voiture de ravitaillement pour qu'elle fasse demi-tour afin de le récupérer. Il faisait partie du groupe avec lequel j'étais le matin.

    Nous bifurquons sur la droite à Montpon-Ménestérol pour nous diriger vers Saint-Médard-de-Guizières, dernier point de contrôle avant l'arrivé, nous nous retrouvons avec un bon vent de face et un ciel qui se couvre, serait-ce les prémices des orages annoncés pour la fin de journée?

    Il est 7h30 passé quand nous arrivons à Saint-Médard-de-Guizières, les commerces ouverts sont rares, je repère un fleuriste et m'y arrête pour faire valider ma carte de pointage, Guy fait de même. Maurice, Jean-François et Jean-Marie ont opté pour la boulangerie, nous les y rejoignons afin de prendre une dernière boisson et de l'eau. Il nous reste un soixantaine de kilomètres à faire et le temps est de plus en plus incertain. Un dernier coup de fil à la maison et zou!!

    D'ailleurs, peu après notre départ, nous prenons un abat d'eau, je mets ma veste de pluie et mon éclairage en marche. Je quitterais ma veste 10mn après, car la pluie s'est arrêtée aussi vite qu'elle est venue. Nous circulons maintenant sur de toutes petites routes, dans le vignoble du Libournais, dommage que la lumière ne soit plus là, mon appareil ne quittera plus ma sacoche. J'attends Jean-Marie qui à de plus en plus de mal dés qu'une bosse se présente, pas question de le laisser seul.

    Nous traversons Libourne, puis prenons la direction de Arveyres, sur le pont de la Dordogne, c'est le vent qui stoppe net Jean-Marie, les jambes ne répondent plus, je laisse filer les autres devant. J'en profite pour mettre mes manchettes en roulant tranquillement afin lui permettre de revenir sur moi. A Arveyres, nos trois compagnons nous attendent. Le groupe reformé reprend sa route vers Vayres où la pluie nous attend de pied ferme, le temps est de plus en plus sombre, j'allume mon éclairage avant et enfile ma chasuble. Nous aurons la pluie et le vent quasiment jusqu'à l'arrivé, nous obligeant à nous abriter quelques minutes sous un abri-bus à Ambarés pour laisser passer une grosse ondée. Je suis toujours derrière avec Jean-Marie, le pont d'Aquitaine nous apparaît enfin, je n'ai jamais été aussi content de le voir, bien que je redoute la descente. Elle se fera les mains sur freins, en douceur, mais dieu que ce kilomètre dans cet espèce de couloir est long. En bas, nous sommes attendus par nos équipiers, plus qu'une dizaine de kilomètres est ce sera fini. La piste n'est pas éclairée, la nuit noire, il pleut, de quoi faire détester la circulation de nuit à vélo. Je finis seul avec mon compagnon d'infortune qui me remercie de l'avoir attendu. Maurice nous attend, nous lui donnons nos cartes de pointage, il nous offre un coup à boire. Il est 23h20, je remets le vélo dans la voiture, je suis trempé, vivement la maison, la douche, et dormir!!

    Au final j'ai fais 338km, 13h42 de selle, 24,65km/h de moyenne, 2445m de D+

    Je ne me pensais pas capable de tenir une telle moyenne sur un telle distance, mais en prenant garde de pas se mettre dans le rouge, en étant motivé, et avec de tels compagnons de route, il est plus facile de se surpasser. Je garderais de cette journée un souvenir impérissable, tant sur le plan de la découverte que sur le plan humain. C'est une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie.

    Courant juillet je devrais recevoir une médaille comme celle-ci en témoignage de ma réussite à ce brevet

    Médaille BRM 300

    Carte du BRM 300km

    Vélotrainer

    « 300 km et 3 BPFPremier contact avec les routes de la Lozère »

    Tags Tags : , , , ,