• En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Depuis deux ans je suis abonné à la revue "Le Randonneur", une revue tenue par de vrais randonneurs qui nous font partager leurs plus beaux récits de voyages. Plusieurs rencontres sont organisées dans toute la France, alors quand j'ai appris en début d'année que l'une d'elle aurait lieu près de chez moi, je n'ai pas hésité à l'inscrire dans mon agenda.

    Les 19 et 20 septembre avait donc lieu la rencontre "En Bordelais", le départ étant situé au camping du Lac à Bordeaux, où se trouvaient les cyclos venus d'un peu partout en France, Nîmes, Paris, le Gers, les Charentes, et bien sur des girondins.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

     Je fais connaissance avec mes futurs compagnons de route, des gens très sympathiques. Vient l'heure du départ, nous sommes une trentaine et allons nous partager en deux groupes afin de limiter notre impact sur la circulation.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc  

     C'est mieux pour notre sécurité, et le message ci-dessous passe mieux si nous sommes en file indienne.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

     

    Sur cette portion de route nous menant vers Macau la bande cyclable est assez large, mais cela ne durera pas, dommage.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

     

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Se scinder en deux groupes ne veut pas dire chacun pour soi, dès que nous nous retrouvons sur une route plus calme nous marquons un arrêt pour nous assurer que le second n'a pas connu de problème. Et ce fut le cas, une crevaison en l’occurrence.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Nous effectuons notre premier arrêt photo au bord de cette petite route qui longe la Garonne

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Face à nous le Bec d'Ambès, à gauche l'Île Cazeau.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    En Bordelais - Le Haut-Médoc Si Macau est connu pour certains châteaux du vignoble médocain, il l'est moins pour ce qui fut longtemps sa spécialité, l'artichaut dont l'espèce locale est reconnaissable à sa grosse tête et à ses écailles charnues. Il figure toujours sur le blason de la ville.

     

    L'église Notre-Dame possède un clocher du XIIe et fut fortifiée au XVIe

    Le régisseur de cette propriété, Ernest David, aida à mettre au point la bouillie bordelaise, ce qui a permis de sauver le vignoble bordelais du mildiou et par de-là la viticulture mondiale.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc

     Le vélo ça creuse, à Cantenac nous faisons une halte salvatrice, café pour certains, viennoiseries pour d'autres, dont moi yes, avec ravitaillement de pain en vue du pique-nique de midi.

    L'église Saint-Didier

    En Bordelais - Le Haut-Médoc  En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Nous longeons le mur d'enceinte du château Issan et passons devant une des entrées de cette belle propriété,

    En Bordelais - Le Haut-Médoc  En Bordelais - Le Haut-Médoc

    puis rejoignons Margaux pour admirer le château Palmer bâti en 1856. Cette demeure est l’œuvre de Charles Burguet, célèbre architecte ayant réalisé de nombreux bâtiments à Bordeaux.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    A présent nous prenons la direction du château Margaux, premier grand cru classé.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc  En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Surnommé le "Versaille du Médoc", il fut bâti dans un style néo-palladien en 1870.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Ses communs sont organisés comme un petit village.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc  En Bordelais - Le Haut-Médoc

    En Bordelais - Le Haut-Médoc  En Bordelais - Le Haut-Médoc

     Le ciel, qui se faisait bien menaçant depuis quelques kilomètres, nous gratifie d'une belle averse alors que nous rallions le port de Lamarque, lieu où nous devons faire notre pause pique-nique. Nous trouvons de quoi nous abriter à l'office du tourisme, pendant que certains attendent le bus, et d'autres profitent de l'arrêt de la pluie pour s'installer en plein air.
    En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc
    En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc

     Ça parle technique!! Mais nous devons repartir assez rapidement, nous sommes attendus au....

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    château Maucaillou où une dégustation et la visite des chais sont prévues. La surabondance du décor, qui veut évoquer à la fois la Renaissance, le milieu et la fin du XVIIe siècle, font de cette construction un excellent exemple de l’architecture éclectique qui fleurit en Médoc à la fin du XIXe.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

     

     Une belle mécanique  une vielle mécanique  début de la visite
    En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc
    Le Maucaillou est composé de 52% de cabernet, 41% de merlot de 7% d'un cépage dont je n'avais jamais entendu parler, le petit verdot. L'élevage en barrique dure entre 18 et 20 mois. 50 à 75% des barriques sont renouvelées à chaque récolte par du bois neuf, la dégustation à lieu dans l'un des deux chais d'une capacités totale de 3500 barriques. Je ne vous en dirais pas plus, n'étant pas un spécialiste en œnologie.
    En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Ayant dégusté avec modération, nous reprenons la route. Sur les bords de la Jalle de Moulis-en-Médoc, se situe le moulin de Tiquetorte. Le moulin lui-même, ainsi que la partie basse de la maison d’habitation, sont de haute époque, au plus tard du XVIe. Des meurtrières permettaient au meunier de décocher quelques flèches pour éloigner les rôdeurs.
    Ce moulin aurait encore fonctionné pendant l'Occupation pour moudre clandestinement un peu de grain. 

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Nous repassons par Margaux pour contempler Le château Lascombe qui doit son nom à son premier propriétaire le Chevalier Antoine de Lascombes, né en 1625.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Puis ce sera le château Brown, il doit son nom à John-Lewis Brown (1769-1851), qui fait construire sur la commune de Cantenac un château de style Renaissance anglaise (Tudor) qui lui rappellera ses origines écossaises.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Mais dans le Médoc il n'y a pas que des châteaux viticoles, comme cette église Saint-Seurin dont les origines remontent au XIIe siècle, elle est édifiée au sommet d’un tertre sur le point culminant de la commune. L’ensemble actuel qui résulte de restaurations successives menées aux XIXe et XXe.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Nous finissons notre tour des châteaux par celui d'Agassac, la tradition locale raconte qu'une inscription latine trouvée dans les souterrains du château assigne à sa construction le XVIIIe. Toutefois, la légende ne dit pas si le premier de ses seigneurs connus, Gaillard de Gassac, était un amateur des produits de la treille. Une chose est sûre, les vastes et élégants celliers qui jouxtent la forteresse abritent encore aujourd'hui les vins du domaine et témoignent d'une tradition viticole ancestrale dont l'une des caractéristiques récentes fût la réunion à la fin du XIXe siècle de deux domaines voisins : D'Agassac et Pomiès Agassac.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Nous avons même la chance d'avoir un commentaire sur l'histoire de ce château, merci mademoiselle.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc En Bordelais - Le Haut-Médoc

    Retour au camping. Merci à , Claude pour les récits, à Danielle et aux membres de l'ASCPA pour l'organisation et l'encadrement. Je serais à nouveau là demain pour la seconde journée de cette rencontre, vous m'avez fait découvrir ce qu'était réellement le cyclotourisme, je vais reconsidérer ma vision sur les clubs. Merci encore cool.

    En Bordelais - Le Haut-Médoc

     

    « BPF de TréguierEn Bordelais - Entre-deux-Mers »

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Vendredi 2 Octobre 2015 à 08:49

    Je dois avoir les mêmes photos (Palmer et Margaux), mais c'était en argentique à l'époque ^ ^ et en voiture.  Je n'ai jamais fait le médoc à vélo (je ne suis pas allé au dessus de Blanquefort, alors que j'allais plus loin côté sud/sud-est de Bordeaux.

    Si je ne me trompe pas, il y a environ 325 châteaux en Gironde  (plus ou moins jolis), ça fait pas mal d'objectifs de sortie !

    Pas de chance pour la pluie, c'est la saison .... j'y ai eu droit il y a 2 semaines en descendant le Glandon

      • Vendredi 2 Octobre 2015 à 20:22

        Salut Alex smile  Le médoc ça vaut le coup, beaucoup de châteaux sont magnifiques, d'autres sont de simples propriétés viticoles sans bâtiment remarquable. Les paysages sont aussi assez variés, il n'y a pas que des vignes, prairies, forêts et marécages agrémentent aussi la balade.

        Pour la pluie, ce fut anecdotique, une dizaine de minutes tout au plus.

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :