• De belles bosses au programme!!

    Après le temps pourri que nous avons eu le week-end dernier, c'est avec plaisir que je reprends le chemin du club. Le ciel n'est pas d'un bleu immaculé, mais j'ai espoir que les nuages qui le décorent ne nous jouerons pas de mauvais tours . Cette fois il y a du monde au siège du club, de quoi former au moins quatre groupes. C'est avec le groupe 3 que pars, nous sommes douze, Roland M, Gérard L, José O, Michel, Bernard M, Marcel G, Robert B, Jean-Pierre B, Alain B, Norman F et Christian B. Merci Gérard de ton aide précieuse pour les prénoms .

    05 05 12

     

    Le début du parcours ne change pas, la piste en direction de Léognan avant de nous diriger vers Martillac

    05 05 12

    et tourner à droite au Breyra pour nous rendre à La Brède

    05 05 12

    Peu après le sommet du Breyra, Gérard est victime d'un saut de chaîne qui le contraint à s'arrêter.

    05 05 12

    Une fois la chaîne remise en place, nous roulons pour rejoindre le groupe qui ne s'est pas arrêté, mais a bien ralenti pour nous permettre de revenir rapidement.

    Ne vous fiez pas à cette image, nous avons l'habitude de rouler au maximum à deux de front .

    05 05 12

    Nous passons St-Selve pour nous diriger vers St Michel-de-Rieuffret où nous ferons une pause technique.

    Alain B et Roland M

    05 05 12

    José s'impatiente, il faut nous remettre en chemin, la route est encore longue!!

    05 05 12

    Nous roulons à bonne allure et traversons le vignoble de Cérons...

    05 05 12

    ... avant de traverser la Garonne à Cadillac et délaisser le plat pays pour celui des bosses .

    Ici, Alain B et Norman F nous quittent, avec Christian B qui est parti à La Brède car il fait le parcours lundi avec les féminines, nous ne sommes plus que  neuf pour affronter les bosses de l'Entre-Deux-Mers.

    05 05 12

    Encore un peu de plat pour rejoindre Loupiac qui se trouve au pied de la première grosse difficulté de la journée.

    05 05 12

    La montée vers Sainte-Croix-du-Monts est bien plus dure que je ne l'aurais cru!! Au bout de 800m, la pente passe de 4 à 8%!! Étant sur le 42x20, je passe le 23, mais il me faut me mettre debout sur les pédales pour ne pas rester planté, et cela dure sur 600m, une petite accalmie d'une centaine de mètres  et c'est reparti pour 200m à 8%. Je suis seul devant, mais il faut aussi préciser que je suis le plus jeune du groupe. La fin de la bosse arrive enfin après 2,6km d'ascension. Une chose se confirme, pour envisager sereinement l'ascension des cols de la Lozère, il faut que je passe au 38 ou au 39 en plateau intermédiaire. Le 42 peut faire l'affaire ici où les bosses ne sont pas trop longues, mais sur des montées de plus de 10km, je préfère jouer la sécurité et ne passer le 30 que dans les pourcentages les plus forts, au dessus de 10%.

     

    J'attends mes coéquipiers et nous partons pour une longue descente vers Verdelais.

    Et comme rien n'est plat de ce coté-ci, il nous faut encore monter pour aller sur Monprinblanc! José me dit que ce n'est rien, elle est dure jusqu'au virage, après c'est plus calme, mais elle est longue. Je fais alors comme lui et je passe le triple pour monter en souplesse. Je me porte à la hauteur de Roland et nous parlons de mes futures vacances. Jusque là, tout va bien. Mais le terrain se dégage et nous nous trouvons avec un très fort vent de face qui nous cloue sur place, je mets le 23 derrière et me dresse sur les pédales. La pente à 8/9% sur 400m combinée avec le vent nous fait mal aux jambes. Heureusement elle moins longue que ça, juste un petit kilomètre trois cent il ne nous reste plus que 200m à faire pour en terminer avec un pourcentage plus raisonnable.

    Je profite du regroupement pour immortaliser le paysage qui s'offre à nous.

    05 05 12

    Roland me fait remarquer qu'un peu plus loin se trouve les vestiges d'un moulin.

    Le moulin de Faugas à Gabarnac.

    Construit au XVIIIème siècle ce moulin à vent appartient au château Faugas. Il a été transformé en fabrique de jardin au siècle suivant. De forme cylindrique, il dispose d'une terrasse supportant un abri de même forme et à toiture conique. Le mécanisme du moulin est le même qu'au XVIIIème et il dispose d'un escalier à vis.

    05 05 12

    05 05 12

    Mais il nous manque quelqu'un, Jean-Pierre n'est plus là. Roland fait demi-tour pour le rejoindre, le temps de ranger mon APN je pars dans la direction de JP, mais c'est fait, Roland arrive avec lui, il a juste eu un incident technique dans la montée.

    La Martingue, dix minutes d'arrêt, vidange et ravitaillement !!

    05 05 12

     En direction de St-Pierre-de-Bat, la D19 prend des allures de descente de col.

    05 05 12

    Direction Escoussans pour la dernière difficulté de ce côté-ci de la Garonne.

    05 05 12

    Nous traversons Escoussans et tournons à droite vers Villenave-de-Rions, je ne connais pas ce coin et je pense que la montée que nous effectuons est la difficulté citée au-dessus. Mais il n'en est rien, ce n'est que le début et cette dernière se situe juste quelques centaines de mètres plus loin.

    La pente s'accentue progressivement pour atteindre les 8% sur environ 200m. Un groupe de randonneurs à pieds nous rassure en nous signalant que le bout n'est pas loin et qu'ensuite, ça descend .

    Encore un arrêt photo pour prendre le village de Soulignac au loin, puis mes coéquipiers arrivent les un après les autres.

    05 05 12

    José

    05 05 12

    Michel

    05 05 12

    Gérard et Jean-Pierre

    05 05 12

    Roland qui a attendu Bernard qui est un peu mal dans les bosses.

    05 05 12

    La route monte encore jusqu'à Villenave-de-Rions, je reste en arrière avec Roland pour accompagner Bernard. La descente sur Paillet n'est pas de tout repos, le revêtement de la route n'est pas en bonne état, et ce sont les bras qui souffrent cette fois.

    Nous nous regroupons au feu tricolore, puis direction Langoiran. Nous sommes sur le plat, sur une route plus fréquentée avec le vent de face. Nous roulons à 25km/h, étant en tête je me suis calé à cette vitesse espérant ne pas faire décrocher Bernard. Mais arrivé au feu de Langoiran, avant de traverser le pont, je m’aperçois qu'il n'est plus là. Au moment où le feu passe au vert, je le vois arriver et décide de l'attendre, le groupe devant s'arrêter à la fontaine de Portets, nous les y rejoindrons.

    A Portets, Jean-Pierre décide de rester avec Bernard pour rentrer tranquillement. Nous reprenons la route et le parcours habituel par Castres, Ayguemortes et Martillac. Je suis en tête depuis Ayguemortes, arrivé dans la montée de Martillac Roland me passe, je m'y attendais un peu , j'ai un peu de mal à prendre sa roue car il accélère le bougre . Mais je tiens, et nous arrivons ensemble au pied l'église. Je profite de l'arrêt pour mettre mon gilet sans manche, le vent n'est pas trop chaud, je n'ai pas envi d'attraper froid au ventre, il déjà près de 18h.

    La montée de Breyra s'effectue au train avec ce maudit vent de face. Marcel nous quitte là.

    A Léognan, séparation du groupe, José rentre à Pessac, Roland est chez lui, nous restons à quatre pour rejoindre Cestas. 

     

    05 05 12

    Puis nous restons à deux jusqu'à Cap de Boss, Robert B qui a à son actif plusieurs ascensions des grands cols alpins me donne quelques conseils pour mes vacances en  Lozère. Je termine seul et passe par Pessac centre, juste pour allonger un peu le parcours. J'appelle Marie Jo pour ne pas qu'elle s'inquiète, car il se fait tard. Elle est de son côté aussi en vélo, mais sur celui d'appartement .

    Au final, 128km, 22,85km/h de moyenne, 5h34 de selle et 863m de D+ à mon compteur.

    La semaine prochaine ce sera le 200 bornes, une première pour moi.

    05 05 12

    Vélotrainer

     

    « Sortie en deux tempsChangement de direction »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    gegecyclo Profil de gegecyclo
    Dimanche 6 Mai 2012 à 17:46

     

    Salut Jean-Pierre,

    merci de nous remémorer cette agréable après-midi, on s'y croirait

    un petit coup de pouce pour les prénoms :

    Christian Brousse (petit LU) 1/2 tour à La Brède, il fait le parcours lundi avec son épouse

      Alain Berg et Norman Foucaud nous ont quitté à Cadillac (bien rentrés quand même)

     

    Robert Benutti, le vrai corse  

      Jea n-Pierre Berhouc, le commandant breton

     Michel Couffeau,

    Marcel Grange

    Bernard Martin

    José Ocheda

    Roland Maurat

    Toi et moi

    ce qui devrait faire 12

    A samedi pour le Médoc (pas celui qui est en bouteille)

    Gérard



    2
    Dimanche 6 Mai 2012 à 21:09

     

    Bonsoir Gérard, je te remercie pour ton aide sur les prénoms, je ne connais pour le moment que ceux avec qui j'ai roulé régulièrement, j'ai donc encore du boulot avant de connaître tous les autres. Je vais donc apporter les modifications à mon texte.

    A samedi, sans « médoc » dans le bidon, sous quelques formes que ce soit

    Fait moi signe dès que le parcours sera dispo sur le site.

    Bonne soirée

    Amitiés

    Jean-Pierre

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :